Derière la vitrine de la modiste, Georges Lepape

Composition pour Vogue

  • Georges Lepape

  • 34x28 cm
  • Vers 1924
  • Crayon, gouache
  • GALK2509
  • Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris

Georges Lepape (1887-1971), formé à l’atelier Humbert à partir de 1902 puis à l’Ecole nationale des Beaux-Arts, expose pour la première fois au Salon d’Automne en 1910. À cette occasion il rencontre Paul Poiret, alors à la recherche d’un nouvel illustrateur, capable comme Paul Iribe avec Les Robes de Paul Poiret racontées par Paul Iribe en 1908, de réaliser un album luxueux présentant ses collections. Il publie ainsi en 1911 Les Choses de Paul Poiret… vues par Georges Lepape.

Lepape devient alors un illustrateur incontournable, reconnu par la presse. Entre 1912 et 1925, il collabore, avec ses planches au pochoir, à tous les numéros de la Gazette du Bon Ton. D’autres journaux le sollicitent, tels que Femina, Vanity Fair, Harper’s Bazaar, L’Illustration… L’éditeur américain Condé Nast l’invite à New-York et lui propose de publier ses illustrations dans Vogue, véritable tournant dans sa carrière. L’étude présentée ici était destinée à ce magazine. On retrouve dans ce dessin les influences russes qui ont marqué la création de ce précurseur de la ligne claire, qui privilégie les tons vifs, posés en aplat. 

Auteur de la notice : Marie-Laure Gutton