Ensemble, Balmain par Olivier Rousteing

VESTE BRODÉE, TUNIQUE, CHEMISE, CRAVATE « MONNAIE ANTIQUE », PANTALON « SMOKING », CEINTURE ET BOTTINES.

  • Balmain par Olivier Rousteing 

  • Veste sans griffe. Griffe en satin tissé sur la tunique et sur la chemise, intérieur encolure milieu dos et sur le pantalon, intérieur taille milieu dos, blanc sur noir : "BALMAIN / PARIS".
  • Prêt-à-porter Homme, printemps-été 2018
  • Veste : Cuir noir et blanc. Broderies de cuir tressé noir et blanc. Rivets en métal argenté. Cuir vernis noir. Epais fils de viscose noir. Cristaux noirs, perles noires. Perles facettées noires. Perles tubulaires noires. Cristaux blancs. Cordonnet laçé. Jersey jacquard de coton noir et blanc. Tunique : jersey jacquard de coton. Chemise : popeline de coton blanc. Cravate : métal argenté vieilli. Pantalon : Grain de poudre coton et élasthanne noir. Baguette en satin polyester et soie. Ceinture : Cuir de veau noir estampé. Métal argenté embossé. Bottines en veau velours noir. Métal argenté miroir. Maille élasthanne noire.
  • GAL2019.6.1.1-8
  • Don Balmain - Vogue Paris Foundation 2018
  • Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris

De nos jours, la maison Balmain, créée en 1945, est l’une des seules à toujours posséder son atelier de broderies. La richesse de la veste d’ensemble entièrement en cuir noir et blanc rebrodé de strass et de paillettes témoigne de sa virtuosité. L’importance des broderies est telle qu’il fait de ces vêtements de véritables armures, connotation martiale revendiquée par Olivier Rousteing, directeur artistique de la marque depuis 2011, détournant les codes de la maison pour faire de la marque l’une des plus suivies de la décennie.

Mélangeant les motifs Western aux découpes d’une tunique inspirée des vêtements précolombiens, le tout sur une silhouette masculine classique, cette donation est fidèle aux inspirations éclectiques qui font le succès actuel de la maison.

>> Découvrez le défilé sur Vogue.fr 

Auteur de la notice : Alexandre Samson