Ensemble, Yohji Yamamoto

ROBE LONGUE, DEMI-CHAPEAU, PAIRE DE BOTTINES ET 5 GRIFFES DE PEAU INTERCHANGEABLES À APPLIQUER SUR LA PEAU DU DOS NU

  • Yohji Yamamoto

  • Griffe en toile tissée sur la robe, fond de poche droit, sur le demi-chapeau, intérieur dos, noir sur gris : "Yohji Yamamoto".
  • Prêt-à-porter, printemps-été 2018
  • Toile lin, coton et soie noire. Jersey de coton noir. Métal argenté. Feutre laine moulé noir. Jersey coton, lyocell et polyuréthane moulé noir. Faille noire. Bande tressée noire. Gomme dentelée. Toile de coton noire. Épais sergé de coton noir imprimé blanc. Adhésif transparent. Épais sergé de coton noir imprimé rouge et blanc. Adhésif transparent. Toile de coton rouge imprimée blanc. Adhésif transparent.
  • GAL2019.1.56.1-9
  • Acquisition Vogue Paris Foundation 2018
  • Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris

Inspiré par les nombreux crochets qui ferment les robes à partir du XVIe siècle, Yohji Yamamoto (né en 1943) détourne cette fermeture en décor. Depuis ses débuts, le créateur japonais a pour le dos du vêtement un intérêt particulier et tendre : « Je ne peux voir qu’une passante, une personne qui disparaît. Je crois que les vêtements devraient être faits de dos, non de face. »

Cet ensemble est complété par de nombreuses griffes amovibles qui envoient un message particulier au regardeur qui suit le dos de la femme qui les porte.

"J’aime la ligne du dos des femmes.", révele Yohji Yamamoto en 2011. "Je regarde toujours leurs silhouettes dans la rue. Je suis à la poursuite d’une silhouette. Si elle se retourne, tout est fini. Vraiment fini. Voilà pourquoi je poursuis sa silhouette de dos."

>> Découvrez le défilé sur Vogue.fr

Auteur de la notice : Alexandre Samson