Peigne « à la girafe »

  • Don Duret
  • 1827 - 1830
  • Provenance : Argentine
  • Écaille brune jaspée, découpée et gravée. Peigne à dix dents. Motifs de trèfles d’où partent des ramures et des plumes de paon.
  • GAL1987.51.202
  • Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris

La mode féminine de l’époque romantique se caractérise notamment par une grande sophistication des coiffures et des chapeaux. Les femmes portent ainsi sur la tête un échafaudage de coques, boucles et nattes, parfois surmontées d’un peigne. L’actualité influence souvent la mode et, en 1827, lorsque la girafe Zarafa, offerte par le vice-roi d'Égypte Méhémet Ali à Charles X, arrive à la ménagerie du Jardin des plantes, c’est une véritable « girafomania » qui s’empare du costume et des accessoires. Les coiffures et les peignes dits « à la girafe », remarquables par leur hauteur, connaissent un grand succès durant les trois années qui suivent. Ce peigne au décor de plumes de paon et de trèfles, qui évoquent les garnitures des chapeaux et turbans de l’époque, en est un majestueux exemple.

Auteur de la notice : Marie-Laure Gutton