Ensemble, Jacquemus

HAUT "LA MARINHEIRO", JUPE "SOL", CHAPEAU "BOMBA", PAIRE DE BOUCLES D’OREILLES, MICRO SAC "ESPELHO" ET PAIRE DE SANDALES NON COORDONEES.

  • Jacquemus

  • Griffe en gros-grain tissé sur le haut, replié intérieur couture côté gauche, sur la jupe, intérieur taille milieu dos et sur le chapeau, intérieur milieu dos, blanc sur bleu nuit: "JACQUEMUS".
  • Prêt-à-porter, printemps-été 2018, Collection « La Bomba »
  • Jersey de coton mercerisé à côtes noires. Toile viscose et acétate beige drapée. Paille tressée. Gros-grain. Plastique noir. Métal argenté poli Métal doré effet martelé. Cuir nude. Bois naturel. Bois peint. Métal doré.
  • GAL2019.16.1.1-8
  • Don Jacquemus – Vogue Paris Foundation 2018
  • Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris

Simon Porte Jacquemus fonde sa maison en 2009 à Paris. Le créateur fait de ses origines du Sud de la France et de sa vie la source d’inspiration principale de chacune de ses collections.

En 2009, c’est le décès de sa mère qui le pousse à créer sa marque. Pour le printemps-été 2018, il fait de ce souvenir douloureux le thème de sa collection. Intitulée « La Bomba », le créateur se base sur la vision joyeuse d’une femme qui éblouissait par son allure décomplexée.

Le tee-shirt simple et noir contraste avec une jupe drapée asymétrique fendue haut sur la cuisse. Le sac est de taille microscopique et les sandales ont des talons faits de pyramides ou de boules en bois, comme des jouets d’enfants (le créateur avoue dessiner ses silhouettes uniquement à partir de ronds, de cercles et de carrés).

Le chapeau de paille tressé est l’un des emblèmes de la collection. Véritable succès commercial, il est également au cœur d’un scandale de plagiat comme la mode contemporaine en connait beaucoup, depuis la création sur les réseaux sociaux de comptes spécialement dédiés à les dénoncer. Ainsi, le chapeau « La Bomba » a notamment été rapproché de chapeaux tressés traditionnels de Jalisco au Mexique. Ce débat houleux, sur lequel s’est déchaîné la presse et les réseaux sociaux, n’a aucun fondement lorsque l’on compare physiquement les objets. Il est cependant symptomatique de l’état de la création contemporaine  où s’expriment de très nombreuses tensions dénonçant le manque de créativité de couturiers sommés de produire sans relâche et où l’envie de qualité et de savoir-faire s’opposent au paraître marketing.

Cette silhouette est en cela autant emblématique d’un créateur que d’un état de la mode à la fin des années 2010.

 

>> Découvrez le défilé sur Vogue.fr 

 

Auteur de la notice : Alexandre Samson