Ensemble "Silvia R.", Valentino par Pierpaolo Piccioli

ROBE, COIFFE, COLLANTS ET PAIRE DE SANDALES

  • Valentino par Pierpaolo Piccioli, avec la collaboration de Philip Treacy (coiffe)

  • Griffe sur la robe en toile tissée, intérieur couture épaule droite, crème sur ivoire : "VALENTINO / HAUTE COUTURE".
  • Haute couture, printemps-été 2018
  • Faille de soie fuchsia. Faille de soie cassis. Organza de soie rose. 263 plumes de dinde ébarbées et coupées teintes fuchsia maintenues sur une structure en métal peint fuschia et retenues par du fil rose. Maille de soie noire. Cuir or pâle. Laiton vieilli. Suède beige rosé.
  • GAL2019.26.1-5
  • Don Valentino – Vogue Paris Foundation 2018
  • Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris

Valentino, maison de couture fondée en 1960 à Rome, est dirigée par Pierpaolo Picchioli et Maria Grazia Chiuri à partir de 2008. Se dégage de leurs créations une poésie et une évidence presque aristocratique, comme tout droit sorties d’un tableau de Botticelli. Au départ de Maria Grazia Chiuri en 2016 pour la maison Christian Dior, Pierpaolo Picchioli conserve leur style et le raffine.

La collection haute couture printemps-été 2018 est caractéristique de cette volonté du directeur artistique, tant dans le parfait traitement des nuances proches des coloris de certains tableaux de Primitifs italiens. La forme de la robe donnée au Palais Galliera s’inspire d’une robe baby doll, typologie lancée par Balenciaga en 1956. Sa couleur fuchsia s’orne sur le côté d’un grand nœud de faille cassis. Les coiffes aériennes sont parmi les éléments les plus plébiscités du défilé. Réalisées par le modiste britannique Philip Treacy, elles sont hérissées de 263 plumes de dindes teintes à la couleur de la robe. Il s’agit du premier modèle de Treacy à intégrer les collections du Musée de la Mode de Paris

Cette collection, au-delà de son succès esthétique, est un hommage aux couturières des ateliers de la maison, surnommées « les petites mains » dans le jargon de la mode, synecdoque que Picchioli exècre. Le modèle est baptisé « Sylvia R. » en hommage à l’une d’elles.

>> Découvrez le défilé sur Vogue.fr

Auteur de la notice : Alexandre Samson