Robe, Alexander McQueen

  • Alexander McQueen

  • Griffe sur la robe en toile tissée intérieur encolure dos côté droit, blanc sur gris: "ALEXANDER MCQUEEN / MADE IN ITALY"
  • Prêt-à-porter, printemps-été 2003, collection "Irere"
  • Mousseline de soie imprimée dans les tons de rouge, de jaune et de bleu coupée franc. Satin rouge baleiné.
  • GAL2020.2.2
  • Acquisition Vogue Paris Foundation 2019
  • Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris

De 1992 à 2010, le créateur britannique Alexander McQueen bouscule la mode par ses œuvres virtuoses aux coupes précises et par son univers hybride. Ses défilés grandioses, présentés à Paris à partir de 2001, questionnent autant le corps et ses canons de beauté que la structure du vêtement.

Chacune des collections d’Alexander McQueen répond à un thème choisi et des inspirations personnelles précises.

Présentée le 4 octobre 2002, la collection « Irère » est enrichie d’un film de John Maybury projeté lors du défilé : l’histoire d’une fille naufragée à la fin du XVIe siècle qui nage vers les rives de la Guyane. Elle vit ensuite dans la jungle, subt l’invasion des conquistadors avant de se vêtir des plumes des costumes des peuples autochtones, alors symbole de liberté et d’innocence. Le nom « Irere » provient de l’amérindien « jerere » renvoyant au canard à tête blanche du Suriname.

Cette robe courte, dernier passage du défilé, correspond donc à la fin de la collection, élaborée autour des couleurs chatoyantes des tribus et des oiseaux d’Amazonie. La mousseline imprimée, aux drapés figés par des plis et des torsades, s’inspire du plumage de l’ara rouge guyanais alors que ses bords asymétriques, ses pans coupés francs, rappellent la jungle et la violence du récit à la source du défilé.

Auteur de la notice : Alexandre Samson