Les temps forts de l’année 2017…

Jean Dessès, Robe en velours rouge ayant appartenu à Dalida, 1958. © Julien Vidal / Galliera / Roger-Viollet; Balenciaga, robe en crêpe noir, 1964. © E. Emo et A. Llaurency / Galliera / Roger-Viollet; Mariano Fortuny, Robe Delphos en soire plissée et manteau en velours de soie, vers 1930. © L. Degrâces et P. Ladet / Galliera / Roger-Viollet

Jean Dessès, robe ayant appartenu à Dalida, 1958. © Julien Vidal / Galliera / Roger-Viollet ; Balenciaga, ensemble du soir (vue de dos), 1964. © E. Emo et A. Llaurency / Galliera / Roger-Viollet ; Fortuny, Robe "Delphos" et manteau du soir, vers 1930. © L. Degrâces et P. Ladet / Galliera / Roger-Viollet

Pour 2017, le Palais Galliera propose une programmation in situ et une actualité hors les murs ambitieuses qui mettront son patrimoine à l’honneur.

Pour le trentième anniversaire de la disparition de la chanteuse Dalida, le Palais Galliera vous ouvrira les portes de son incroyable garde-robe. Habillée par les plus grands, à la ville comme à la scène, en haute couture comme en prêt-à-porter, Dalida a tout osé, a tout porté. Elle ne laissait rien au hasard, elle aimait la mode et les couturiers l’aimaient aussi. Cette exposition, dont la direction artistique et la scénographie seront assurées par Robert Carsen, fera la part belle au répertoire de la chanteuse. Vous pourrez la découvrir à partir du 27 avril 2017.

En 2017, l’Espagne sera mise à l'honneur à travers trois expositions du musée de la Mode de la Ville de Paris.

La "Saison espagnole" du Palais Galliera débutera avec "Balenciaga, l’œuvre au noir", présentée hors les murs au Musée Bourdelle, du 8 mars au 16 juillet 2017. A travers cette exposition, vous apprécierez le génie créatif de Cristóbal Balenciaga, alchimiste de la couture chez qui le noir était une matière vibrante qui devait autant à la somptuosité des tissus qu’à l’apparente simplicité des matières.

Le Palais Galliera présentera ensuite "Costumes espagnols entre ombre et lumière" à la Maison de Victor Hugo, du 21 juin au 24 septembre 2017. La Maison de l’écrivain français le plus hispanophile accueillera, pour la première fois à Paris, un exceptionnel ensemble de vêtements, habits et accessoires du XIXe et du début du XXe siècles qui racontera l’âme des provinces espagnoles.

Enfin, à l’automne 2017, une grande exposition monographique consacrée à Mariano Fortuny, couturier injustement oublié, conclura ce triptyque. Présentée in situ, cette dernière exposition vous fera découvrir les créations d’un inventeur prolixe qui fut aussi un ardent défenseur du confort et de la libération du corps.