Anatomie d'une collection

Jean Paul Gaultier, robe dite « seins obus », Automne / Hiver 1984-1985, collection Barbès. Collection Palais Galliera - © Eric Poitevin/ADAGP, Paris 2016

Jean Paul Gaultier, robe dite « seins obus », Automne / Hiver 1984-1985, collection Barbès. Collection Palais Galliera - © Eric Poitevin/ADAGP, Paris 2016

Du 14 mai au 23 octobre 2016, puis du 3 novembre 2016 au 12 février 2017

Du 3 novembre 2016 au 12 février 2017 : Suite & prolongation de l’exposition "Anatomie d’une collection" qui devient "Anatomie d’une collection – 2e partie" avec le renouvellement d’une quarantaine de pièces exposées. Dans la salle Carrée, un bel hommage est rendu à Sonia Rykiel. L’exposition sera temporairement fermée au public pour sa nouvelle installation du 24 octobre au 2 novembre 2016.

Qui porte quoi ? Telle est la question posée par le Palais Galliera à travers l’exposition Anatomie d’une collection. De l’habit de cour au bleu de chauffe, entre anonymes et célébrités, l’exposition réunit pièces de vêtements et d'accessoires issus du fonds Galliera pour revisiter la mode du XVIIIe siècle à nos jours.

Ainsi, parmi tous les corsets des réserves du musée de la Mode de la ville de Paris, Anatomie d’une collection présente celui de Marie-Antoinette et, parmi toutes les blouses, choisit celle d’une infirmière de la Première Guerre Mondiale dont l’histoire n’a pas retenu le nom... Habit du Dauphin, gilet de Napoléon, robe de l’impératrice Joséphine, corsage de la Castiglione, veste d’amazone de Cléo de Mérode, pantalon d’ouvrier, robe de George Sand, collet de Sarah Bernhardt, salomés de Mistinguett, habit de forçat, chapeau-chaussure de Gala, tablier de travail, tailleur d’Audrey Hepburn, manteau d’Elsa Schiaparelli, robe de la duchesse de Windsor, robe de Jacqueline Bouvier (Jackie Kennedy)... Plus de deux cents pièces, avec ou sans pedigree, identifient ceux qui les ont portées. 

Anatomie d’une collection (14 mai - 23 octobre 2016) et Anatomie d’une collection - 2e partie (3 novembre 2016 - 12 février 2017), c’est un choix de vêtements incarnés qui reflètent la constitution même des collections en même temps que la complexité d’attribution exigée par chacune des pièces de ce patrimoine. Pour le visiteur, une invitation à découvrir la richesse du fonds Galliera.

_
Commissariat
:
Olivier Saillard, directeur du Palais Galliera,
Et l'équipe des conservateurs du musée de la Mode de la Ville de Paris 

Avec le généreux soutien de        

En partenariat avec  

_
Cette exposition était accompagnée d'un Petit Journal numérique : 
À partir de 15 oeuvres phare de l’exposition, cette application permettait d’explorer les collections du Palais Galliera et d’approfondir sa visite grâce à de nombreuses illustrations et des documents d’archives. Disponible en français sur Apple Store ou Play Store (Prix: 4, 99 €).
>> En savoir + sur cette application 

  
_