Robe de chambre d'homme

  • Don de la Société de l'Histoire du Costume
  • Première moitié du XVIIIe siècle
  • Toile de coton peinte teinte, fond bleu, six couleurs. Décor peint et teint à disposition. Provenance de l'étoffe : Inde, côte de Coromandel pour le marché néerlandais. Confection : Inde, probablement pour le marché néerlandais.
  • GAL 1920.1.2039
  • Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris

De plus en plus appréciées dans la seconde moitié du XVIIe siècle, les robes de chambre en toile de coton sont appelées en France des indiennes, en référence à la provenance de leurs étoffes peintes et teintes en Inde et rapportées par les compagnies des Indes orientales.
Cette robe de chambre de forme kimono atteste du rôle important joué par la Hollande dans l’engouement européen pour ce type de vêtement. Ce pays  était le seul autorisé à commercer avec les Japonais. Les Shoguns avaient l’habitude d’offrir 30 kimonos aux officiers hollandais à la signature de traités commerciaux. Le décor de la robe de chambre combine les motifs du pin et du prunier, arbres souvent associés au bambou pour former un décor traditionnel japonais qui évoque les vertus du gentilhomme. L’indienne de cette robe de chambre fut exécutée en Inde à partit d’un modèle japonais, pour le marché hollandais. Les Hollandais semblent avoir particulièrement apprécié ce décor dont on trouve plusieurs exemples dans leurs collections publiques actuelles, Cette robe de chambre fait ainsi partie d’un ensemble de vêtements et de textiles répertoriés qui prouve qu’un motif à succès pouvait être reproduit à l’envi.

Auteur de la notice : Pascale Gorguet-Ballesteros