Ensemble, Alaïa

MANTEAU, CEINTURE ET ROBE

  • Azzedine Alaïa

  • Griffe en satin tissé sur le manteau, intérieur encolure milieu dos et sur la robe, intérieur encolure dos côté gauche, noir sur blanc : « ALAIA / PARIS ».
  • Prêt-à-porter, automne-hiver 1991-92
  • Fausse fourrure synthétique (80% Modacryl, 20% polyester). Doublure en satin acétate noir. Jersey jacquard laine vierge, viscose, polyamide et élasthanne noir et marron glacé sur sable.
  • GAL2019.1.15
  • Acquisition Vogue Paris Foundation 2018
  • Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris

Le léopard, qu’il soit d’Arabie, de Java, de Ceylan, de Perse ou de l’Amour, est considéré en Afrique comme le roi des animaux, félin mangeur d’hommes dont la fourrure représente l’apparat distinctif des chefs.

Alaïa joue sur les motifs de rosette créés par la fourrure de l’animal sans utiliser la peau de cette espèce protégée. « Une féline passe – décrit Le Monde en 1991 à propos de la collection. On croit entendre une réclame d’avant-guerre : “Brunswick, le fourreur qui fait fureur.” Mais non, tout est faux dans ces artifices-là, panthère synthétique, superbes manteaux tricotés façon astrakan ; Alaïa donne le ton de ce qui fera l’hiver […]. »

 

>> Découvrir le défilé sur Vogue.fr