Ensemble, Yohji Yamamoto

CHEMISE, ROBE BUSTIER, JUPE MI-LONGUE ET PAIRE DE BOTTINES MONTANTES ; EN HOMMAGE À AZZEDINE ALAÏA

  • Yohji Yamamoto

  • Griffe repliée en toile tissée sur la chemise, intérieur couture gauche, sur la robe bustier, intérieur devant bas du bustier gauche, sur la jupe, intérieur taille milieu dos, noir sur gris : "Yohji Yamamoto ».
  • Prêt-à-porter, automne-hiver 2018-19
  • Toile de coton noire. Cuir de chèvre noir. Toile de coton noire. Toile grattée laine et Nylon. Sergé de coton noir. Cuir, veau velours et caoutchouc noirs. Métal noirci.
  • GAL2019.1.58.1-5
  • Acquisition Vogue Paris Foundation 2018
  • Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris

Le défilé automne-hiver 2018-2019 de Yohji Yamamoto présente un double hommage. Le premier à « Mr Cubism », soit Pablo Picasso, influencé par la période éponyme du peintre. Le second au créateur Azzedine Alaïa, disparu le 18 novembre 2017, dans une suite de silhouettes intitulée « Mon cher Azzedine ».

Les deux créateurs, amis depuis 1987, se vouaient une admiration commune. Bien que leurs visions soient différentes, leur passion du noir et la rigueur de leur construction font de chacun d’eux des maitres incontestés de la fin du XXe et du début du XXIe siècle.

L’hommage au créateur et ami disparu s’exprime dans le travail du cuir, rare chez Yohji Yamamoto, en un corset parcouru de découpes et une jupe drapée. Cette forme ne va pas sans rappeler les robes de faille noires drapées de la collection haute couture d’Azzedine Alaïa, printemps-été 2003, dont l’une se distingue par un bustier de cuir orné d’une peau de crocodile moulée. Cette allusion au corset et à ses découpes, peut aussi être rapprochée du corset en cuir ajouré du printemps-été 1992 qui fait dorénavant partie des collections du Palais Galliera.

>> Découvrez le défilé sur Vogue.fr

Auteur de la notice : Alexandre Samson