Ensemble, Chanel par Karl Lagerfeld

ROBE DU SOIR, ÉPINGLE À CHEVEUX, BOUCLE D'OREILLE, PAIRE DE BOUCLES D'OREILLE ET PAIRE DE BOTTINES SANGLÉES

  • Chanel par Karl Lagerfeld 

  • Griffe sur la robe en satin tissé, intérieur encolure, dos côté droit, noir sur blanc : « CHANEL / SAMPLE". Bolduc de passage sur la robe en toile imprimée et écriture manuscrite, intérieur encolure, dos côté droit, noir sur blanc : « ETE 19 N°53 CECILE »
  • Don CHANEL – Vogue Paris Foundation 2019
  • Haute couture, printemps-été 2019
  • Plumes d'autruche gris fumée collées sur tulle gris. Broderies de pétales en résine blanche peints à la main dans les tons fuchsia, rose pâle, blanc et gris fumée ou en forme de fleurs et de caillous peints blanc mat. Paillettes plastique rose poudré martelé, métallisé, noir, gris, tons de gris. Paillettes en forme de feuilles noir et argenté. Perles tubes dorées et argentées. Satin de soie rose poudré. Métal or pâle, perle rococo bleu pâle cloutée, perles cloutées, strass en cristal sertis en cuvette, plumes blanches et plumes bleu nuit. Métal argenté serti de brillants saphir, bleu clair et blanc. Strass en cristal. Plumes bleu outremer. Satin de soie noir. Métal or pâle. Cuir noir. Veau velours beige partiellement peint noir.
  • GAL2020.7.1.1-9
  • Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris

Directeur artistique de la maison Chanel depuis 1983, Karl Lagerfeld disparait le 19 février 2019. Quelques semaines auparavant, la griffe présente le défilé haute couture printemps-été 2019.

Habitué aux défilés titanesques sous la verrière du Grand Palais, le défilé Chanel a reproduit cette saison le jardin d’une villa italienne. Tous les modèles s’inspirent du XVIIIe siècle, notamment grâce à l’influence sur le couturier de l’exposition « La Fabrique du luxe » présentée au Musée Cognac-Jay (29 Septembre au 27 Janvier 2019).

Le passage n°53 de cet ultime défilé représente fidèlement cette inspiration. La robe du soir, réalisée en 260 heures, est entièrement brodée de paillettes rose poudré et de fleurs en résine imitant les fleurs perpétuelles de porcelaine, créées à Vincennes au milieu du XVIIIe siècle, et utilisées par les marchands merciers, fil rouge de l’exposition du musée Cognac-Jay. L’influence du XVIIIe siècle se retrouve également dans la formes des engageantes aux poignets et des paniers, tous deux traitées avec plus de 6500 pincées de plumes d’autruche en trois tons de gris, dont la broderie a nécessité 315 heures.

Auteur de la notice : Alexandre Samson