Pyjama d'hôtesse, Chanel

  • Chanel 

  • Sans griffe. Bolduc de passage en toile de coton manuscrit, intérieur taille milieu devant, vert sur écru : "Atelier Mme Odette / Alexandra 39"
  • Haute couture, automne-hiver 1964-65
  • Tissage de cordonnets de fibres végétales champagne et paillettes [rhodoïd?] dorées, montée sur une base en toile de laine, réalisé à la main par Malhia. Mousseline crêpée de soie sable. Fermetures en acier argenté. Agrafes (taille) en alliage cuivreux argenté. Gros-grain.
  • GAL2020.2.8
  • Acquisition Vogue Paris Foundation 2019
  • Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris

Née en 1883, Gabrielle Chanel inaugure sa première boutique de chapeau en 1910 au 21, rue Cambon. En 1913 à Deauville, elle propose pour la première fois des tailleurs souples en jersey qui, ne nécessitant pas de corset, révolutionnent le mode de vie des femmes. La première maison de couture voit le jour pendant la Première guerre mondiale à Biarritz avant d’ouvrir en 1918 à Paris. Figure majeure de l’Entre-deux guerres, elle ferme sa maison en 1939.

Face au triomphe d’une mode corsetée dictée par le new look proposé par Christian Dior en 1947, elle rouvre sa maison de couture et présente sa première collection le 3 février 1954 à l’âge de 71 ans. A l’antithèse de ses concurrents, elle présente des créations souples, fluides, légères et libère à nouveau le corps des femmes.

Cette combinaison pantalon, alors dénommé « pyjama d’intérieur », est l’une des premières de ce type. Réalisée pour l’automne-hiver 1964-65, son étoffe or, autre couleur fétiche de Chanel, est tissée à la main par Mahlia.

Figure majeure de la libération du corps féminin, Gabrielle Chanel condamne pourtant le port du pantalon, socialement décrié au début des années 1960. En créant ce pyjama d’hôtesse, fait pour être porté chez soi, en soirée ou à diner, la couturière s’amuse du succès de son propre revirement dans le magazine Elle, le 28 août 1964 : « Mes pyjamas, ils n’ont vu que mes pyjamas. J’avais fait cela pour m’amuser, pour occuper un tailleur libre, pour utiliser un lamé inutile. Et maintenant c’est la révolution pour trois pyjamas ».

Cette combinaison se révèle être l’un des prototypes originaux de la collection. En témoigne son bolduc de défilé cousu à l’intérieur, précisant le nom de la première d’atelier chargée de sa conception (Mme Odette), le nom du mannequin sur le corps duquel il a été réalisé (Alexandra) et son numéro dans la collection (39). Ce modèle était porté en défilé avec un grand manteau de mousseline mordoré et une ceinture chainette en métal doré.